Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2022 1 26 /09 /septembre /2022 16:43

Alors qu’un projet immobilier se dessine derechef sur le site de l’ancien hippodrome, l’association réitère sa volonté d’en découdre une nouvelle fois en justice et exhorte le public à se mobiliser.

En février, nombreux sont les administrés qui ont fait part de leur attachement au site de l’ancien hippodrome, au cours de l’enquête publique sur le Schéma de cohérence territoriale intercommunal.

Incompatibilité avec le développement urbain, enjeux de biodiversité et de paysage, saturation du trafic routier ou encore risques de submersion et d’inondations avaient alors été rappelés dans les 25 contributions afférentes.

Un chiffre qui peut sembler faible au regard de la population mais qui reste assez exceptionnel pour une consultation de ce type.

L’enterrement du parc public fâche

Pour cette rentrée des associations, c’est une nouvelle levée de boucliers et même un sursaut de plus vaste ampleur encore qu’escompte "Sauvons le Yotel", alors qu’un permis de construire pour un nouveau projet immobilier "doit être déposé prochainement", selon le maire Marc-Étienne Lansade.

"Malgré nos recours victorieux à plusieurs reprises, notre maire s’entête à vouloir vendre ce “joyau”, comme il l’appelait jadis lui-même", peste Alain Grangeon, président de Sauvons le Yotel, qui grince notamment des dents en observant le revirement qui s’est opéré en quelques semaines concernant le projet de "parc naturel public et paysager de cinq hectares" annoncé en conseil municipal en juin puis désavoué dans la foulée lors de la présentation publique du PLU début juillet (nos éditions du 2 juin et du 8 juillet).

"Il promettait hier de préserver une partie de l’espace naturel et déclare aujourd’hui que c’est hors de question car cela ne représente que des frais pour la commune", poursuit Alain Grangeon.

Prête à repartir au combat

Alors, si l’association assure qu’elle "se serait satisfaite" de l’assurance que ce parc public voit le jour, elle s’apprête aujourd’hui à repartir au combat, dès que le PC en question sera déposé, pour tenter de faire capoter une nouvelle fois l’ensemble du projet.

"À la place de ces 290 logements construits par la Cogedim, nous souhaiterions que la partie bâtie soit gardée et rénovée par la commune pour se doter, par exemple, de logements pour saisonniers, d’hébergements pour les associations, d’équipements sportifs ou encore d’une piscine et d’une salle de spectacles, déjà présents sur place." 

Un vœu pieux pour l’heure, qui devra passer par l’épreuve judiciaire... "ou la vox populiLorsque la population se mobilise, le maire recule. Ça a été le cas pour le projet de démolition de l’école Chabaud ou encore la débaptisation du square Mansui. Nous voudrions donc mobiliser les Cogolinois pour cet espace naturel et ne pas laisser un Parisien vendre cet espace qui leur appartient."

Article paru dans Var Matin du 9/09/2022

Partager cet article
Repost0
3 février 2022 4 03 /02 /février /2022 18:47

Réunie le 28 janvier 2022 en Assemblée Générale, à laquelle assistaient malgré les conditions 77 membres présents ou représentés, l’Association «Sauvons le Yotel» a tiré le bilan de l’année 2021. Cette année a été douloureusement marquée par la poursuite d’une pandémie hors normes et par un incendie meurtrier et dévastateur. Les activités de l’Association se sont malgré tout poursuivies tant bien que mal et ont contribué à l’avis défavorable donné par la commission d’enquête au projet de modification du SCOT. Nous nous en félicitons et attendons avec impatience les réactions de la Comcom et de la Préfecture.

 

Evoquant le nouveau permis de construire annoncé par le maire dans un récent article de presse et confirmé lors du conseil municipal du 18 janvier dernier, les responsables de « Sauvons le Yotel» ont estimé que ce nouveau projet était largement hypothéqué par ce nouveau revers qui va immanquablement impacter le PLU en révision ainsi que les futurs permis de construire. En ouvrant la voie à une nouvelle procédure de révision du SCOT, cette décision nous donne aussi une appréciable bouffée d’oxygène qui va nous permettre d’affûter encore nos arguments pour contrer une éventuelle nouvelle tentative de bétonisation du site du Yotel.

 

Après adoption des habituels rapports d’activité et financier, la composition du Conseil d’Administration a été reconduite.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2021 5 26 /11 /novembre /2021 11:43

Nous sommes à nouveau dans une période cruciale pour l’avenir du Yotel. Une des clés du problème réside dans le degré de protection accordé par le SCOT (schéma de cohérence territoriale). Or, le SCOT approuvé en octobre 2019 par la Communauté de Communes du Golfe de St-Tropez fait l’objet d’une procédure de modification, suite aux observations du Préfet. Dans ce cadre, une enquête publique est organisée du 15/11 au 16/12.

Ce projet de modification reprend quasiment mot pour mot l’analyse et le classement du site de la version précédente. Nous ne pouvons absolument pas le cautionner. Notre Association va donc rédiger sa contribution, très critique, que vous recevrez sous peu. Nous demandons à chaque adhérent de participer à cette enquête publique en envoyant son propre avis (Voir les modalités ci-dessous). L’expérience nous a montré qu’un nombre important d’avis allant dans le même sens avait un poids certain.

 Nous avions combattu la 1ère version du SCOT 2019 qui prétendait classer le Yotel comme «espace de développement stratégique», le vouant ainsi à une urbanisation débridée. Après l’enquête publique et les nombreuses contributions, le site était en partie considéré comme espace à préserver (la partie Ouest, côté Gisclette) et en partie espace de développement (la partie Est, déjà un peu construite). Ce projet fut retoqué par le Préfet, pour cause de prise en compte insuffisante de la loi ELAN et de la loi Littoral, mais il ressurgit aujourd’hui à l’occasion de la modification actuellement proposée. Et le maire de Cogolin persiste à vouloir construire le plus possible sur ce terrain de choix…

Espérons que nous pourrons une fois de plus déjouer les mauvais calculs des promoteurs et bétonneurs !

NB : Pendant toute la durée de l’enquête, le dossier d’enquête peut être consulté au siège de la Communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez, 2 rue Blaise Pascal, 83310 Cogolin et dans les mairies des 12 communes du SCOT. Le dossier est également consultable au format numérique sur le site internet (www.cc-golfedesainttropez.fr/cadre-de-vie/schema-de-coherence-territoriale-scot).

Le public peut formuler ses observations et propositions dans le registre d’enquête publique des lieux d’enquête; par voie postale, adressées à l’attention de Monsieur le Président de la commission d’enquête, Communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez, 2 rue Blaise Pascal, 83310 Cogolin; par courrier électronique (scot@cc-golfedesainttropez.fr); oralement lors des permanences des commissaires enquêteurs.

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2021 5 08 /10 /octobre /2021 15:53

Au lendemain des incendies meurtriers du mois d’août, l’Association «Sauvons le Yotel», solidaire des victimes, a appelé ses adhérents et sympathisants à venir en aide aux sinistrés et à répondre à son appel aux dons.

La cagnotte ainsi recueillie sera répartie entre 2 familles adhérentes particulièrement touchées par l’incendie de leur habitation.

 

Malgré l’annulation des permis de construire sur le terrain du Yotel obtenue après de longues procédures menées par notre Association, rien n’est définitivement acquis. Aussi devons-nous rester vigilants et toujours aussi déterminés à préserver le site communal exceptionnel du Yotel.

 

Après les affres de l’incendie, le récent «épisode cévenol», bien qu’atténué ici, nous interpelle et nous alerte sur les conséquences catastrophiques qu’auraient des pluies intenses ruisselant sur des pentes dénudées et se déversant dans la plaine de Grimaud. L’urbanisation excessive dans les zones inondables (sans compter l’impact prévisible des multiples projets immobiliers dans tout le Golfe) aggrave considérablement ces risques. Le terrain du Yotel, lui, a toujours servi d«éponge» en cas de fortes pluies. Continuons à le sauvegarder !

 

Tirons les leçons de ces épisodes dramatiques ! Mesdames et Messieurs les élus, halte à la bétonisation !

 

 

                                                                                   Cogolin, le 8 octobre 2021,

Partager cet article
Repost0
10 février 2021 3 10 /02 /février /2021 17:57

L’Assemblée générale ordinaire de Sauvons le Yotel s’est tenue fin janvier par courrier électronique et postal. 92 adhérents ont pris part aux différents votes. Rapport moral et d’activités, rapport financier et composition du C.A. ont été approuvés.

Le C.A. s’est réuni le 8 février par conférence téléphonique et a élu le nouveau bureau :

Président(e) : Alain GRANGEON

Vice Président(e) : Béatrice LANTERI

Secrétaire : Yvette GRANGEON

Trésorière : Nadège ZANLONGHI - Trésorière adjointe : Pascaline HOGIE-PINTO

Le Maire a réaffirmé maintes fois sa volonté de vendre le site au plus vite pour financer ses projets de restructuration immobilière. Il dit qu’il ne veut pas endetter la commune, ni augmenter les impôts, mais alors pourquoi avoir acheté un appartement de luxe aux Marines de Cogolin pour plus de 3 millions d’€ dans le but de le transformer en yacht club, et ce, sans aucun bénéfice pour les habitants du village puisque ce local (yacht club) est destiné à l’usage des propriétaires de grande plaisance de passage aux Marines.

Décidément, nous ne pouvons pas nous permettre de baisser les bras. Nous devons au contraire rester mobilisés et être encore plus offensifs.

Merci de continuer à nous soutenir.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2020 6 24 /10 /octobre /2020 19:05

Avant que le Conseil d’Etat ne soit amené à statuer sur le droit, les arguments déployés par la commune pour justifier son pourvoi n’ont pas été jugés recevables.

L’association Sauvons le Yotel - attachée à une urbanisation raisonnée sur ces 13 hectares - a obtenu gain de cause.

Ou plutôt, la Ville de Cogolin a été recalée pour son pourvoi. Celui-ci a été déclaré non admis. La commune n’aura même pas eu l’opportunité de défendre son bien-fondé devant les juges du conseil d’Etat.

 

Son pourvoi enregistré le 25 mai 2020, a été recalé lors de la procédure préalable d’admission. "Aucun des moyens n’est de nature à permettre l’admission du pourvoi", stipule l’arrêt dont la lecture a eu lieu le 7 octobre dernier.

Alors que la commune soutenait notamment - pour invoquer l’annulation de l’arrêt -, une "insuffisance de motivation, en s’abstenant d’apprécier le caractère limité de l’extension de l’urbanisation résultant de l’opération litigieuse au regard de la destination des constructions projetées, lesquelles comprenaient notamment 40 logements sociaux", ses six moyens présentés ont été rejetés.

Comme lors des précédents tours judiciaires: tout d’abord en juin 2014, un jugement du tribunal administratif a annulé ces quatre arrêtés, une requête alors présentée par le préfet du Var, par l’Union départementale pour la sauvegarde de la vie, de la nature et de l’environnement, et Sauvons le Yotel.

Ensuite, un arrêt de la cour administrative de Marseille en date du 26 décembre 2019, a rejeté l’appel formulé par la mairie et la SNC Cogolin Plage.

Site vulnérable

Lors de la récente assemblée de l’association (avant la décision du conseil d’état), le président rappelait la vulnérabilité du site en écho aux phénomènes climatiques azuréens: "Les événements tragiques d’inondation dans les Alpes-Maritimes ne font que nous conforter dans notre opinion."

 

Les membres ne pouvaient que regretter que "beaucoup de temps et d’argent ont été dépensés aux frais du contribuable."

"à Cogolin, le maire a voulu passer outre la réglementation et rester dans le déni en déclarant par exemple que le terrain du Yotel n’est pas inondable alors que nous le savons, celui-ci fut entièrement submergé par le passé", renchérit Alain Grangeon qui trouve toutefois des subtilités pour rire de la situation.

"C’est marrant, le maire de Cogolin en refusant le permis à la SNC Pluton [Ndlr : en date du 6 août 2020] a utilisé les mêmes arguments que nous, lorsque nous avons attaqué ces quatre permis", souligne avec ironie Alain Grangeon.

A savoir, "le fait qu’il y ait un problème d’inondabilité et que ce soit un espace boisé, protégé!"

Le défenseur du Yotel rajoute aussi l’impact d’un tel projet sur les flux circulatoires.

 

Quid du nouveau projet municipal?

Alors, ce nouveau revers s’apparente à "une belle victoire pour l’association et l’ensemble des acteurs qui travaillent contre ces entreprises d’urbanisation".

Mais depuis cet été, a émergé un projet municipal alternatif évoqué par le premier magistrat, Marc-Etienne Lansade.

Cela n’enchante guère plus Alain Grangeon. "Une résidence de luxe pour faire en sorte que le terrain rapporte. Pas de grands immeubles, mais une dizaine de résidences secondaires, c’est encore aberrant!"

Privatiser un espace communal ne semble pas convaincre l’association qui s’évertue depuis le départ à défendre une dimension sociale dans un site accessible aux Cogolinois.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2020 6 24 /10 /octobre /2020 18:32
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2020 5 09 /10 /octobre /2020 11:34

Nous l'attendions depuis des mois, la sentence vient de tomber. Le conseil d'Etat m'adresse un courrier concluant : "le pourvoi de la commune de Cogolin n'est pas admis".

C'est une incontestable victoire pour tous ceux qui se sont depuis 10 ans opposés à une urbanisation insensée du site exceptionnel du Yotel et une cuisante défaite pour les promoteurs et bétonneurs du littoral !

Nous fêterons tout ça dès que possible !

A. Grangeon, président de SLY

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2020 5 09 /10 /octobre /2020 10:14

L’association «Sauvons le Yotel», volontairement discrète pendant ces derniers mois pour cause d’élections et de coronavirus, n’a pas pour autant cessé ses activités. 

Après nos succès de l’an dernier au Tribunal Administratif puis à la Cour Administrative d’Appel, le maire et le promoteur ont déposé début 2020 un pourvoi en cassation, dont nous ne savons toujours pas s’il sera jugé recevable ou non.

En dépit d’un récent article de presse («le site classé bloque les desseins du maire», Var-Matin du 19 sept. dernier), le site exceptionnel du Yotel reste aujourd’hui très menacé.

Lors du Conseil Municipal du 24 septembre dernier, le maire a esquissé les grandes lignes d’un nouveau projet, soi-disant moins dommageable pour le site, mais tout aussi condamnable, puisqu’il s’agirait de construire, non plus des barres d’immeubles avec quelques poignées de logements «sociaux», mais des villas de luxe en résidence secondaire ! C’est-à-dire la privatisation du site pour quelques privilégiés !

La faute à ses opposants qui l’avaient empêché de construire des logements sociaux ! Or, les très nombreux projets immobiliers réalisés dans le village (dont certains construits sur des terrains communaux vendus à des privés) n’ont pas intégré de logements sociaux !

Il n’est donc pas question pour nous de baisser les bras, mais de continuer à mobiliser l’opinion pour préserver ce site de toute urbanisation nouvelle et permettre enfin à la population d’en profiter.

 

Nous avions pensé que nous pourrions organiser cet automne une animation regroupant balade printanière et Yotelthon. Etant donnée la situation sanitaire, nous avions opté pour un Yotelthon réduit à un simple pique-nique le dimanche 11 octobre sur l’aire aménagée au fond du parking de la Plage des Marines.

 

La Mairie de Cogolin ainsi que la Préfecture nous ont donné leur feu vert à condition de respecter des mesures sanitaires très strictes qui compromettraient la convivialité de cet évènement.

 

Dans ces conditions et ayant pesé le pour et le contre, nous avons pris la décision d’annuler le pique nique du dimanche 11 octobre. Espérons que ce n’est que partie remise…

 

En attendant, merci de continuer à nous soutenir !

Partager cet article
Repost0
3 février 2020 1 03 /02 /février /2020 19:01

Vendredi 31 janvier se tenait notre A.G. où 98 membres étaient présents ou représentés.

Tout le monde s’est réjoui au rappel des succès remportés en 2019 devant les tribunaux : annulation des 4 permis de construire 568 logements par le Tribunal Administratif de Toulon, puis confirmation par la Chambre Administrative d’Appel de Marseille.

L’assistance n’a pas boudé non plus sa satisfaction suite à la récente décision du Préfet du Var retoquant le Schéma de Cohésion Territoriale de la Comcom. En effet, ce projet faisait la part trop belle aux possibilités d’urbanisation au détriment de la protection de l’environnement, et entendait classer la moitié du site du Yotel comme « espace littoral de développement stratégique » !

Nous nous étions élevés contre ce classement, et nous avons eu une nouvelle fois raison.

Ces succès ne peuvent que nous encourager à poursuivre nos efforts au sein d’une association qui peut envisager sereinement une bonne année 2020. Ce millésime sera notamment marqué par la reconduction de 2 animations qui ont fait leurs preuves : la balade printanière le long du fond du Golfe, et le Yotelthon à l’automne.

A l’approche des élections municipales, sans prendre parti pour telle ou telle liste, nous serons attentifs aux prises de position et nous questionnerons les candidat(e)s sur leurs intentions concernant l’avenir du terrain du Yotel.

Cette A.G. 2020 restera dans nos mémoires comme une A.G. empreinte de dynamisme et de confiance.

ag 2020 Béatrice Lantéri, vice-présidente, au micro. Alain Grangeon, président, à droite

ag 2020 Béatrice Lantéri, vice-présidente, au micro. Alain Grangeon, président, à droite

Partager cet article
Repost0