Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 10:25

Depuis plusieurs années l’association «Sauvons le Yotel» poursuit ses trois objectifs : conserver ce terrain de 13 Ha dans le patrimoine communal, préserver ce site magnifiquement arboré en bord de mer des appétits des bétonneurs, et promouvoir un tourisme social de qualité au moment où de moins en moins de Français partent en vacances

Où en est-on ?

Notre association a réussi à faire capoter les projets de l’ancien maire qui rêvait de bulldozers et de béton. Pour l’instant on ne note pas d’atteinte irrémédiable envers les arbres et le bâti existant, qui demeurent d’un grand intérêt pour une collectivité, avec ses nombreux équipements : hébergement et restauration, grande salle de spectacle, installations sportives diverses dont une piscine, tous issus de : «la vocation première et historique du site : camping et village de vacances de plein air , selon les termes mêmes de la révision simplifiée du Plan Local d’Urbanisme d’avril 2015.

Mais aujourd’hui, ce terrain est menacé de façon irrémédiable par une urbanisation massive qui raserait tout le bâti existant, mutilerait l’écrin végétal, chamboulerait le fragile écosystème, et créerait de multiples problèmes et nuisances supplémentaires sur tout le fond du Golfe.

Le projet du maire prévoit la construction de quelque 1100 logements !

«Le site du Yotel devra rester dans le giron communal», martelaient le maire de Cogolin et son adjointe à l’urbanisme l’année dernière ! Et maintenant ils veulent le vendre à quatre promoteurs immobiliers. Ils ne tiennent pas leur parole !

Pourtant, le Yotel représente : «de par sa qualité paysagère, un espace de respiration au sein d’une frange littorale densément urbanisée» comme il a été précisé dans le dernier PLU modifié.

Mais voilà, il semble bien que l’impératif de vite «faire du pognon» ait pris le dessus. Surtout à l’allure où le maire et son équipe augmentent la dette communale.

A l’heure où des élus locaux de notre belle région se penchent sur l’avenir de la frange littorale et où les mots «poumon vert», «base nature », «tourisme pour tous» refleurissent dans la presse à l’instar de ce que nous défendions dans notre projet d’aménagement présenté il y a 5 ans, notre association se mobilise donc à nouveau pour sauver «le Yotel», cet espace vert unique, le dernier existant sur notre bord de mer déjà outrancièrement bétonné.

Mobilisons-nous encore afin de renvoyer le projet Lansade aux oubliettes !

Mobilisons-nous pour des projets raisonnables d’aménagement ; pour permettre des réalisations respectueuses de l’environnement ainsi que l’accès de la population à ce site remarquable ! Nos enfants nous en sauront gré !

plus que jamais défendons le Yotel !

Published by zyg
commenter cet article
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 10:56

C’est dans le cadre feutré d’un salon de l’Hôtel de Paris à St-Tropez qu’a été succinctement présenté vendredi 16 septembre le projet municipal de réaménagement du site du Yotel, à l’occasion d’un Salon de l’Immobilier du Golfe.

Ce n’est donc pas la population directement concernée qui a eu la primeur de l’information, mais seulement des professionnels de l’immobilier et quelques visiteurs. Voila une bien singulière conception de la concertation citoyenne !

Pour ce qui est du projet lui-même, il est proprement «aberrant» parce qu’il prévoit la destruction du joyau naturel et de tout le bâti existant tout en se vantant de limiter l’emprise au sol des constructions et de préserver 65 % d’espaces verts. Peut-être, mais ce serait en sauvegardant quelques bouquets d’arbres isolés au milieu d’immeubles d’une dizaine de mètres de hauteur !

Qui plus est, il s’agirait de construire plus de 1000 logements de tous types ! Il s’agirait donc bien d’une urbanisation massive, qui chamboulerait les équilibres existants et créerait de multiples problèmes et nuisances supplémentaires. Qui en profiterait, hormis les promoteurs et bétonneurs de tous crins ?

Nous comprenons de plus en plus que le maire de Cogolin n’hésitera pas à sacrifier les joyaux du patrimoine communal pour parvenir à afficher des résultats financiers honorables. Car le projet comporte la vente de la grande majorité du terrain du Yotel, contrairement à tous les engagements antérieurs de la municipalité, notamment précisés par Mme Troin, adjointe à l’urbanisme, rencontrée le 4 novembre 2014 :

1 - Garder le Yotel dans le domaine communal;

2 - Préserver l’espace vert, véritable « diamant » du patrimoine ;

3 - Construire des logements pour actifs ;

4 - Conserver une partie des structures et installations de l’ancien village de vacances ;

5 - Ouvrir ces dernières et l’espace vert sous une forme à déterminer ;

6 - Redynamiser la vie du quartier et établir le lien avec le village.

Finalement, toutes ces belles promesses n’ont servi qu’à masquer le véritable but du maire et de son équipe : «faire du pognon», quitte à sacrifier l’un des plus beaux espaces naturels subsistant sur la côte varoise !

Published by zyg
commenter cet article
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 11:47

L’association « Sauvons le Yotel » serait-elle boudée par les média ? On pourrait le croire : Var-Matin ne publie pas nos communiqués et Canal +, dans le cadre d’un reportage de « La Nouvelle Edition » sur Cogolin diffusé le 17 juin dernier, a coupé notre interview.

Quant au maire de Cogolin, il s’empêtre de plus en plus dans ses contradictions : après avoir, encore tout récemment, utilisé abondamment le nom de « Yotel », il s’obstine maintenant à parler de "l’hippodrome" ! Plutôt cocasse, quand on sait que le dernier meeting hippique a eu lieu en … juin 1939 !

Mais l’essentiel n’est pas là. Désormais (bulletin municipal de mai-juin-juillet 2016), le maire récuse aussi la notion d’espace naturel, au motif qu’une petite partie (20 %) est construite. Pourtant, il parlait encore il y a peu d’un « bijou naturel » qu’il fallait préserver en majeure partie et même « sanctuariser » (vœux du maire, janvier 2016). Comprenne qui pourra !

Il s’en prend aussi à l’idée prétendument répandue selon laquelle le terrain du Yotel serait classé en zone rouge du Plan de Prévention des Risques d’Inondation, donc inconstructible. Notre association n’a jamais soutenu cela, même si nous avons toujours mis en garde les municipalités successives contre les risques avérés d’inondation que connait toute cette zone du fond du Golfe : la quasi-totalité du terrain du Yotel est bel et bien classé en zone bleue du PPRI, donc inondable et, certes constructible, mais à certaines conditions restrictives.

Prévenir les risques, cela veut dire aussi limiter les constructions nouvelles éventuelles et ne pas bâtir de crèches, écoles ou autres édifices publics sensibles. Souhaitons en tout cas que jamais plus le fond du Golfe ne connaisse les inondations calamiteuses de 2011 et 2012.

Enfin, le maire s’insurge contre la proposition d’un pôle de tourisme social qui ne serait pourtant que la continuation de ce village de vacances qui a marqué l’histoire du quartier. D'ailleurs, la modification du PLU de la zone, l’an dernier, visait à « permettre à cette parcelle de remplir sa vocation première et historique de camping et village de vacances de plein air ». Aujourd’hui, cette disposition serait, nous dit-on, « contraire à ce que nous autorisent les règlements en matière d’urbanisme ». Tiens donc ! Et ces mêmes règlements autoriseraient l’entassement de tentes et de mobile-homes exploités par Marina Paradise dans le cadre du contrat de location consenti par… le maire !

En définitive, au prétexte de dénoncer les soi-disants « fantasmes » de certaines associations, la nôtre en particulier. le maire se prend les pieds dans le tapis de ses propres contradictions. Pourtant, nos propositions ne doivent pas être trop farfelues puisque deux d'entre elles ont été reprises : le retour à la commune de la gestion du Port des Marines et l’ouverture d’une partie du terrain du Yotel pour y accueillir le centre aéré (Conseil Municipal du 16 juin 2016).

Published by zyg
commenter cet article
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 17:46

ASSEMBLEE GENERALE DU 29/01/2016

Avec 30 adhérents présents et 41 représentés pour 131 adhérents à jour, l’A.G. est ouverte à 18 H 40, sous la présidence de Bernadette Borrelli, vice-présidente de « Sauvons le Yotel ».

1.RAPPORT D’ACTIVITES

Alain Grangeon, président, commence par rappeler que rien d’irréparable ne s’est produit sur le site lors de l’année écoulée, puis dresse le bilan de l’activité de l’association.

Suite à un article de presse (20/02) où M. Lansade, maire de Cogolin, confirmait son projet d’urbanisation massive et affirmait que le terrain n’était pas inondable, nous avons publié un communiqué intitulé « Gros nuages sur le Paradis ».

Lors d’une visite inopinée que nous avons effectuée le 15/05, nous avons été choqués de voir que des arbres avaient été abattus et que du ballast recouvrait de vastes parkings auparavant à l’état naturel. De plus, de nombreux mobile- homes étaient disposés presque côte à côte, sans séparation paysagère, des tentes uniformes étaient alignées en rangs serrés, faisant penser à un camp militaire ou un camp de fortune pour réfugiés.

Nos interventions auprès du directeur du site et du maire sont restées sans suite.

Courant avril, la municipalité lançait la procédure de modification simplifiée du PLU concernant la zone du Yotel, au motif que le règlement de PLU de 2008 interdisait les habitations légères de loisirs et résidences mobiles. Le 15/06, la majorité du C.M. votait la modification simplifiée du PLU.

Le 17 juin, nous avons profité d’une demi-journée de réception du maire pour l’interroger sur les travaux réalisés sur le site et l’accueil refusé aux riverains et leurs enfants. M. Lansade a estimé que le locataire était entièrement dans son droit. Le 6 juillet, nous écrivions au maire sur la même question. En vain. Même démarche envers le directeur général de la Sté Homair et même réponse : les installations sont réservées aux seuls résidents. C’est ainsi que la saison 2015 au Yotel n’a pas été celle d’un village de vacances ouvert sur son voisinage comme à l’habitude mais d’un triste village dortoir replié sur lui-même, alors qu’il avait toujours été un lieu de rencontre et d’animations pour le quartier tout entier. Un habitué du Yotel nous a écrit : « Cet endroit est maintenant vide, sec, avec pas la moindre animation. Tout ce qui faisait le charme du Yotel a disparu. »

Le 30 août, notre pique-nique organisé au tennis-club s’est fort bien déroulé.

En novembre, en prévision des élections régionales des 6 et 13 décembre, nous avons écrit à toutes les têtes de liste du Var et de PACA pour leur rappeler la prise de position de la précédente majorité régionale qui entendait «sauvegarder, (…) à la fois l’espace naturel remarquable et le pôle de tourisme social.»

M. Estrosi, qui devait devenir le nouveau président de la région, fut le seul à nous répondre par une lettre dont voici la conclusion : «Si je suis élu Président de la Région, je m’engage (…) à ne pas soutenir des projets qui porteraient une atteinte grave à des espaces de notre littoral qui sont encore préservés.»

Nous saurons bien entendu veiller à ce que ses engagements soient tenus.

Enfin, il y a 2 semaines, nous avions rendez-vous avec le maire pour lui demander où en était le dossier. C’est finalement M. Smadja qui nous a reçus et nous a confirmé le projet du maire : construire un véritable village provençal avec des immeubles d’habitation, des écoles, une crèche, des hôtels, des commerces, une mairie annexe, un palais des congrès etc. M. Smadja nous a à nouveau assurés que l’emprise au sol du bâti et des annexes ne dépasserait pas 30 000 m2, en R + 2 ou R + 3. Il nous a également assurés que cela laisserait 100 000 m2 du terrain en espace naturel, « sanctuarisé » a dit le maire lors de ses vœux, et – c’est la grande nouveauté - que cet espace serait ouvert à la population. Nous ne connaissons pas les modalités de cette «ouverture», mais nous avons des propositions.

Nous doutons fort de la faisabilité de ce projet qui, comme ses prédécesseurs, contrevient selon nous de façon flagrante à plusieurs textes règlementaires et légaux : Loi littoral, SCOT et PLU, Grenelle de la Mer etc. Ce qui nous amène à cet aspect essentiel : l’inondabilité. Bien que le maire dise le contraire, le terrain est bel et bien en zone bleue du PPRI, ce qui impose des conditions strictes à qui veut construire. Il est également submersible d’ici à quelques décennies, comme l’ont montré de récentes études concernant l’impact prévisible d’un réchauffement climatique même modéré sur les zones littorales.

Le président rappelle, s’il en était besoin, que nous sommes une association citoyenne qui s’est créée et engagée dans un but bien précis, à savoir la conservation au sein du patrimoine naturel communal du site exceptionnel que représente le terrain du Yotel, son ouverture à la population, et la sauvegarde d’un pôle de tourisme social. Or, de pôle de tourisme social, dans le projet du maire, il n’est nullement question.

C’est pour les raisons ci-dessus que « Sauvons le Yotel » s’oppose à ce projet.

Le bilan d’activités est adopté à l’unanimité.

2.RAPPORT FINANCIER

Christian Ronze, trésorier, détaille le bilan financier 2015, dont le solde au 31/12/2015 affichait un excédent de 4 649,30 euros.

Le bilan financier est adopté à l’unanimité.

3.PERSPECTIVES

Béatrice Lantéri, vice-présidente, présente les perspectives d’action pour 2016 :

  • Garder un œil sur le terrain : veiller à ce qu’aucune dégradation supplémentaire n’ait lieu, et intervenir sans tarder si besoin.
  • Suivre de près l’évolution du projet du maire pour réagir au plus vite et de la façon la plus efficace.
  • Continuer d’exercer la pression, par des courriers en cas de besoin en direction de la mairie, de l’intercommunalité, du sous-préfet, du préfet, du Président de la région PACA.
  • Informer périodiquement l’opinion publique par tracts, communiqués de presse, réunions publiques.
  • Continuer de promouvoir notre projet alternatif pour un « éco-parc » qui concilie la protection du joyau naturel, l’ouverture à la population et la sauvegarde d’un pôle de tourisme social.
  • 4 - INTERVENTIONS des ADHERENTS :

Plusieurs participants suggèrent que nous prenions des contacts avec les élus de la Communauté de communes, du département, de la région...

Plusieurs nous invitent aussi à nous rapprocher d’organisations (Conservatoire du Littoral, Observatoire Marin, France Nature Environnement…) et d’associations locales (AMCPP : Association des Marines de Cogolin pour la Préservation du Patrimoine, Mouvement « Oasis » avec les Colibris du Golfe … ).

5 - RENOUVELLEMENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION.

Sur les 6 membres du C.A. renouvelables cette année, 4 se portent à nouveau candidats. Par ailleurs, deux autres personnes sont volontaires pour entrer au C.A. en remplacement de Pierre Ferrari et de Christian Ronze, démissionnaires. Ce sont Nadège Zalonghi et Georges Gontier, qui sont élus à l’unanimité.

Le nouveau C.A. est donc composé de 12 membres : Mmes Arditi, Borrelli, Grangeon, Hogie-Pinto, Joseph, Lantéri, Zalonghi, et MM Courchet, Daspre, Gontier, Grangeon, Maurey.

A 20 H 15, la séance est levée, et un riche débat se poursuit autour du buffet.

6 – ELECTION DU BUREAU

Le nouveau Conseil d’Administration s’est réuni le 4 février pour tirer les enseignements de l’A.G., prendre les décisions utiles et élire le nouveau bureau, qui se compose comme suit :

Président : Alain Grangeon

Vice-présidentes : Bernadette Borrelli et Béatrice Lantéri

Secrétaire : Yvette Grangeon

Trésorière : Pascaline Hogie-Pinto

Aux adhérents non à jour pour 2016 : Merci de continuer à nous soutenir en renouvelant votre adhésion : chèque de 10 euros à l’ordre de Sauvons le Yotel à adresser à la trésorière : Mme Hogie-Pinto Pascaline 480 chemin de Radasse - 83310 COGOLIN

Celles et ceux qui ont changé d’e-mail, ou qui maintenant ont une adresse e-mail, merci de nous le faire savoir, en envoyant un petit mot à : alain-grangeon@wanadoo.fr.

Published by zyg
commenter cet article
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 12:20

Au terme d’une année marquée par de terribles tragédies, la question du devenir du Yotel reste posée.

C’est pourquoi nous sollicitons un rendez-vous auprès du maire de Cogolin.

Par ailleurs, nous vous invitons dès maintenant à retenir la date du 29 janvier pour participer à l’Assemblée Générale annuelle de l’Association.

En attendant, nous vous souhaitons de joyeuses fêtes de fin d’année 2015.

Au plaisir de vous revoir et bien cordialement.

Published by zyg
commenter cet article
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 07:53
PIQUE-NIQUE DU 30 AOUT : UN FRANC SUCCES

Le pique-nique de « Sauvons le Yotel », ouvert aux adhérents et sympathisants, a eu lieu dimanche 30 août au Tennis-Club de Cogolin dans des conditions parfaites, et a connu un franc succès étant donné la fin des vacances et les préparatifs de rentrée.

Après quelques mots du président faisant le point des dernières informations concernant le présent et le devenir du site du Yotel, la quarantaine de participants se sont réjoui les papilles en savourant les délicieuses entrées apéritives offertes par des membres de l’association, avant de déguster leurs propres préparations à l’ombre recherchée des grands pins.

La digestion fut ponctuée par un mémorable tournoi de pétanque qui vit la victoire au finish d’une équipe mixte fort prometteuse.

Et maintenant, après la trêve estivale et les festivités, place à la vigilance et à la mobilisation pour faire échec à l'urbanisation massive que nous concocte le nouveau maire.

PIQUE-NIQUE DU 30 AOUT : UN FRANC SUCCES
Published by zyg
commenter cet article
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 10:13

REMERCIEMENT
Je me présente, je suis un ancien habitué du Yotel, j'ai été avec mes parents dans ce lieu de vacance pendant plus d'une quinzaine d'année (j'avais 3 ans la 1ere fois) et j'ai suivi cette affaire.

J'aimerais vous remercier pour ce blog qui nous a permis de nous informer jusqu'au bout (saison 2013, la derniere année du YOTEL)

Je vois que vous continuez de parler de ce qu'est devenu ce paradis et j'admire votre courage car pour moi c'est terminé.
J'ai été il y a quelque semaine voir ce que notre paradis était devenu, je suis tombé de bien haut.. Cette endroit est maintenant un endroit vide, sec, avec pas la moindre animation, tout ce qui faisait le charme du Yotel a disparu, j'ai même laché quelque larme tellement ça m'a fait du mal..
Bon courage pour la suite,

Raphael

Published by zyg
commenter cet article
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 12:12

Par courrier reçu samedi 4 juillet 2015, M. Retsch, directeur de «Marina Paradise» (Homair – Vacances), locataire exploitant du site du Yotel, nous informe que :

«l'accès au camping Marina Paradise et ses infrastructures est exclusivement réservé à la clientèle du camping et de l'hôtel. Cette règle sera valable également pour les prochaines saisons.»

Ces quelques mots marqueraient la fin de plus de cinquante ans de convivialité entre les locataires successifs du camping et la population riveraine ? Pourtant, la participation des enfants du quartier aux activités sportives et la présence des adultes à la cafeteria, au restaurant, aux spectacles et animations n’a jamais créé de désagréments aux vacanciers, ni à la direction du village de vacances !

Nous apprenons également (Var-Matin du 3 juillet dernier) que la mairie de Cogolin envisage un accord avec la commune de la Garde-Freinet permettant aux petits cogolinois des écoles et du centre aéré d’accéder en juin et pendant les vacances d’été à leur piscine municipale. Il est fort dommage que Mr le Maire n’ait pas cherché un accord avec le directeur de la société Homair pour permettre l’accès à la piscine du Yotel, propriété communale, tout de même plus proche du village.

Nous protestons bien entendu immédiatement en direction de la mairie de Cogolin et des instances décisionnaires de « Homair Vacances », pour demander la révision de cette mesure d’exclusion.

Published by zyg
commenter cet article
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 09:40

Sans réponse du Maire à notre dernière lettre, une partie du Bureau de l’Association (Bernadette, Béatrice et Alain) s’est invitée à la permanence du Maire assisté de son chef de cabinet.

Question 1 : Qu’a-t-il fait suite à notre courrier du 18 mai dernier lui faisant part des atteintes au site que nous avons constatées lors de notre visite-surprise du 15 mai : abattage d’arbres, mise en place d’un ballast et de bordures cimentées sur une large surface, mobile-homes et tentes très rapprochés et sans traitement paysager etc… ?

Réponse : « Rien ! », car le sous-locataire (Sté Homair) est maître chez lui. D’ailleurs, M. Lansade se déclare surpris que certaines personnes s’introduisent dans un lieu privé pour prendre des photos … pour ce qui nous concerne, nous avions l’autorisation de Mr Retsch..

Le maire nous dit être allé sur place le week-end précédent, pour constater les « énormes travaux de remise en état du site » (sic)… , travaux rendus nécessaires, selon lui, par l’état très dégradé laissé par le locataire précédent et trouvé par Homair à son arrivée : conduites et câbles arrachés, gîtes et salle de spectacle dans un état lamentable, bungalows et mobile-homes pourris…ce que nous avons promptement mis en doute, attribuant ces dégradations à des occupants illégaux pendant les 3 mois d’hiver durant lesquels le site est resté sans surveillance.

Notre commentaire : Si dégradations il y a eu, c’est bien le propriétaire des lieux , la commune,

qui se devait de les prévenir en assurant le gardiennage du site entre la fin de la précédente location (31 octobre 2014) et le début de la suivante (1er janvier 2015), comme nous l’avions instamment demandé et comme Mme Troin, adjointe à l’urbanisme, s’y était engagée lors de notre rencontre du 4 novembre dernier. La municipalité est donc à nos yeux coupable d’une grave négligence, et tente de se dédouaner en accusant le précédent locataire.

Quand nous évoquons l’aspect bien peu attrayant des lieux, M. Lansade répond que le village de vacances est actuellement plein, et concède seulement que l’alignement des tentes à touche-touche n’est pas esthétique : il va donc demander au locataire… qu’elles soient cachées par un écran végétal !

Question 2 : Pour quelles raisons l’accès des enfants du quartier aux installations du village de vacances et notamment à la piscine serait-il refusé ?

Réponse : C’était illégal !

Mais quand on lui explique que c’était la coutume et qu’il y avait un accord écrit avec le locataire, le maire concède que ce dernier peut, s’il le veut bien, passer une convention avec les riverains. Mais alors pourquoi seulement pour les enfants du quartier ? demande le maire. Parce que tout au long de l’année, ils sont éloignés des activités sportives et culturelles qu’offre la commune.

Bernadette et Béatrice vont donc essayer de négocier, comme les années passées , une convention avec M. Retsch, directeur du site. Nous sommes dans l’attente d’une réponse.

Question 3 : Où en est votre projet de réaménagement du site ?

Réponse : Il reste le même. Mais il s’agira maintenant-de… 90 000 m2 de plancher répartis sur 3 niveaux (donc en R + 2) et, même avec une « gigantesque » structure d’animations, entre 2/3 et 3/4 du site resteront naturels.

Le maire continue également d’affirmer qu’il n’y a pas de véritable risque d’inondation sur ce terrain mais que quelques travaux sur le cours du Bourrian et à l’embouchure de la Giscle seraient salutaires.

Enfin, il estime que nous représentons une quarantaine de nostalgiques et que nous menons une activité de type syndical : nous défendons les intérêts d’une catégorie de citoyens, alors que lui, il est le garant des intérêts de la population tout entière.

Nous l’invitons donc à prendre connaissance de notre projet global qui permettrait justement à toute la population de profiter de cet espace exceptionnel.

Published by zyg
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 09:41

Suite à l’alerte donnée par une riveraine du terrain du Yotel concernant de gros travaux de voierie sur celui-ci, plusieurs membres du bureau de l’association y ont fait une visite inopinée vendredi 15 mai dernier.

Nous avons eu un bref entretien avec M. Retsch, le directeur du village de vacances, qui nous a dit que les travaux étaient terminés et nous a informés, à notre grand regret, que l’accueil des campeurs individuels n’était actuellement pas envisagé, non plus que l’accès des enfants du quartier aux installations (dont piscine).

Puis nous avons fait un petit tour du site qui nous a laissé une fâcheuse impression : si le précédent locataire avait réussi à sauvegarder le cadre naturel en y implantant de nombreux mobile homes bien intégrés, l’actuel locataire semble plutôt le maltraiter, en contradiction avec les termes du bail récemment signé avec la municipalité.

En effet, le respect de ce site exceptionnel nous paraît compromis par :

  • l’abattage d’une dizaine d’arbres ;
  • l’épandage d’un ballast compacté, et l’installation prochaine de nombreuses bordures de ciment à droite de l’allée centrale, sur une vaste zone servant jusqu’à maintenant de parking naturellement herboré ;
  • la mise en place d’un grand nombre de mobile homes très rapprochés et sans aménagement paysager ;
  • l’installation de dizaines de tentes également très rapprochées occupant tout l’espace jusqu’alors dévolu à un terrain de jeux, un chapiteau d’animations et un parcours accro- urgente branches, l’ensemble évoquant maintenant plus un campement militaire ou un camp de réfugiés qu’un terrain de camping.

Dans ces conditions, nous avons interpellé la Municipalité, propriétaire des lieux et garante du patrimoine communal, en demandant une intervention urgente de sa part, et nous avons écrit au directeur du site pour lui exprimer notre désapprobation.

Published by zyg
commenter cet article